Activités Agricoles

 

Une manne non suffisamment exploitée: Les ressources Agricoles

  En 2006, le produit intérieur brut (PIB) du Tchad s'élevait à 6,54 milliards de dollars. Le Tchad, dont l'économie repose sur l'agriculture, fait partie du groupe des pays les moins avancés. Le PNB par habitant n'a cessé de diminuer au cours des années 1990, tombant de 177 dollars à 125 dollars entre 1989 et 1994, avant de remonter à 240 dollars en 2003. Dans un pays miné par la guerre civile et les bandes armées, le déficit budgétaire chronique empêche le paiement régulier des salaires dans la fonction publique et laisse le pays dépendant de l'aide internationale.

Le FMI accorde des crédits au Tchad (notamment 49,9 millions de dollars sur trois ans en 1999) dans le cadre du programme de Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC). Pour la période 2006, le taux de croissance s'établit à 0,50 p. 100.

Le gouvernement tchadien mise désormais sur le pétrole pour permettre à l'économie nationale de décoller. Mise en œuvre sous l'égide de la Banque mondiale, l'exploitation des ressources pétrolières du Tchad commencée en 2003 devrait lui rapporter 80 millions de dollars par an.

En 2006, le secteur de l'agriculture occupait 83,2 p. 100 de la population active et contribuait à la formation de 20,5 p. 100 du PIB.

Seuls 2,9 p. 100 du territoire sont cultivés. Première culture commerciale, la production de coton-graine est passée de 158 700 tonnes en 1990 à 86 000 tonnes en 2006. Le millet (voir mil) est la première des cultures vivrières (589 754 tonnes en 2006). La production de riz paddy s'élevait à 106 572 tonnes en 2006. Le Tchad est également le deuxième producteur mondial de gomme arabique (35 000 t) avec le Soudan.

La même année, le cheptel bovin comptait 6,54 millions de têtes, celui des ovins 2,63 millions et celui des caprins 5,84 millions. Les prises de poissons,

Agriculture du Tchad. Encarta

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site